Rechercher

Un cours de musique…silencieux

J’ai vécu l’un des plus beaux moments pédagogiques de ma vie récemment. Le cours que je donnais à une élève âgée de 5 ans s’est déroulée dans la musique à l’état pur. Presque aucunes paroles n’ont été dites, il n’y avait que le jeu, l’émerveillement et le partage qui ont pris place durant ces 30 minutes. Le premier cours enfin où je n’avais pas à parler et à seulement communiquer avec la musique. Elle frappait sur les notes, je frappais moi aussi, peu importe les sons, peu importe les rythmes, mais nous communiquions de manière très claire, sans interférences. Et le sourire qui émanait de la petite fille valait tout l’or du monde. Et ce n’étais pas n’importe quoi, au contraire…


Cela dit, en rentrant chez moi par la suite, je méditais sur le fait que la chose la plus importante selon moi pour un professeur, est de garder cet éveil, cette curiosité chez l’élève qui fait en sorte que le cours se déroule naturellement par lui-même sans qu’il y ait une dictature ou quelque manière autoritaire de diriger le cours et la personne devant soi. Peut-être est-ce là l’un des buts les importants de la pédagogie, dimension qui me paraît si souvent oubliée et qui crée chez les étudiants des comportements tels que, une si vite envie de terminer le cours en regardant l’horloge, des notes devant elle ou lui qui ne veulent rien dire, un visage éteint, l’impression de seulement faire une autre matière scolaire et finalement l’abandon de la musique quelques années plus tard ou pire, la peur de retoucher un piano à jamais.


L’importance donc d’être ouvert et d’être à l’écoute vraiment de la personne devant nous et de l’amener à connecter avec ce jeu, cet éveil dans les yeux, ce plaisir inhérent qui est de mettre nos mains sur un clavier, de produire des sons, de partager quelque chose dans les deux sens et non de seulement un monologue et enfin, de

<< parler la musique>>.







45 vues